Meuse & Bocq Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Patrimoine

L'entité yvoirienne est articulée selon deux axes :
- des villages ruraux du plateau condruzien distribués des deux côtés de la pittoresque
  vallée du Bocq, axe économique avec les carrières, la brasserie Purnodoise,
  l’exploitation de l’eau...
- les localités plus cossues de Godinne et Yvoir, enchâssées dans un fragment de cette
  somptueuse vallée de la Meuse, dominée par les ruines de Poilvache.

 

LA MEUSE

 

La Meuse prend sa source en Champagne-Ardenne sur le plateau de Langres (France). Elle entre ensuite en Lorraine dont elle traverse le département des Vosges puis le département de la Meuse, qui lui doit son nom. En Belgique, elle traverse les provinces de Namur et de Liège, passant par Hastière, Dinant, Yvoir, Namur, Andenne, Huy, Seraing, Liège et Visé. Ensuite, après avoir arrosé la ville néerlandaise de Maastricht, elle se dirige vers la frontière allemande. Se mêlant au Rhin avec lequel elle forme un large delta, elle se jette alors dans la mer du Nord aux environs de Rotterdam.
 

LE BOCQ

  

Le Bocq, ruisseau impétueux, ravissant et cachottier, prend sa source à Scy (commune de Hamois). Il se jette dans la Meuse (rive droite) à Yvoir, après avoir parcouru environ 40 kilomètres.Il allie sa beauté à la splendeur de la vallée au fond de laquelle il roule ses eaux qui tombent en cascades. Cet ensemble dégage un charme grandiose auquel s’ajoute le pittoresque des modestes villages qui se blotissent sur ses rives sinueuses, s’accrochent aux flancs des collines, ou couronnent les crêtes.

ETYMOLOGIE ET GEOGRAPHIE

Sur un parcours de 90 km, le Bocq déroule son ruban cristallin. Pourquoi ce nom affreux donné à l’une de nos plus jolies rivières ? Elle n’a cependant rien en commun avec cet animal à l’odeur fétide (en Wallon "bouc") que l’on élève pour chasser des étables les miasmes délétères. Autrefois elle prenait tour à tour le nom des villages éclos sur ses bords. Ce fut le ruisseau de Mohiville, de Hamois, d’Emptinne, de Spontin, le rieu de Barche (Bauche), la rivière d’Oire (Yvoir) et plus anciennement : Pauléa (endroit humide).

Il coule de l’est vers l’ouest. De Mohiville où il voit le jour, il passe par Achet, Hamois, Emptinne, Lienne (hameau de Ciney) et Braibant. Là il se grossit du ruisseau St Remacle qui, moins grandiose, dégringole de Schaltin. Elargi, il parvient à Spontin, poursuit sa course sinueuse par Dorinne et Evrehailles-Bauche et plus impétueux que jamais atteint Yvoir où il engouffre ses eaux bouillonnantes dans la Meuse.

De sa source à son embouchure, il garde cet aspect sauvage, indompté, ce caractère turbulent et insoumis qui fait tout son charme.

Son lit est peu profond, rocailleux et inégal. Les rudes masses calcaires des régions qu’il traverse l’obligent à d’innombrables détours. Chacune de ses sinuosités l’amène dans un décor nouveau : collines verdoyantes, couronnées de bois sombres, rochers abrupts aux formes fantasques et aux immortelles légendes, prairies à l’herbe drue que limitent comme une clôture gigantesque les peupliers aux troncs mats.

Le principal affluent du Bocq est le Crupet. Il se forme au village de ce nom. Son cours, long de 3 kilomètres, se déroule entre des collines aux pentes raides et boisées. Moins grandiose que le Bocq, il en a cependant toute la sauvage beauté.

Yvoir, à l’embouchure du Bocq, est comme le trait d’union entre ce ruisseau et la Meuse. D’un côté la majestueuse tranquilité, la grandiose beauté du fleuve, de l’autre la douce harmonie des villages, la sauvage ordonnance des rives du turbulent ruisseau.

Dernière mise à jour : ( 04-08-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
 
up
up