Spontin Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Bienvenue à Yvoir - Les villages

SPONTIN

Spontin se situe très exactement au centre de la Région wallonne.
Etabli dans la vallée du Bocq, le village s’est principalement développé sur la rive opposée à celle occupée par le château. Château de Spontin

Actuellement, l’agglomération implantée le long de 2 rues parallèles et sur le coteau groupe un habitat densément bâti surtout en calcaire aux XIXe et Xxe s.
Des carrières taillées dans les flancs de la vallée sont au sud et au nord du village. 
Vieux moulin datant du XIXe siècle.

 

 

Historique et Patrimoine 

Le site de Spontin fut occupé et fortifié dès l’époque romaine. C’était un fief de la prévôté de Poilvache. La terre de Spontin constituait une seigneurie hautaine dévolue dès le début du XIIIème siècle à la puissante famille Beaufort. Cette terre a subi les ravages de la lutte entre l’évêque de Liège et le duc de Bourgogne. En 1577, Spontin fut occupé par les troupes de l’Etat lors de l’insurrection contre Philippe II. 

Vers 1887, la vie économique est partagée entre l’agriculture, l’industrie secondaire et le tourisme.

L’agriculture a connu une évolution marquée par le développement des terres cultivées puis leur régression au profit des prairies.

L’industrie était orientée vers l’exploitation des carrières de pierres qui prit un important essor à la fin du siècle dernier par suite de la création de la S.A. des Carrières et Scieries de Spontin ; enfin, l’exploitation des sources thermales et la fabrication de sirops sucrés ont une large diffusion.

Le tourisme, vu la proximité de l’autoroute, est surtout un tourisme d’un jour (excepté son camping).

 

Patrimoine

L’église paroissiale Saint-Georges : édifice construit au sommet d’un raidillon, en moellons de calcaire, de style gothique, restauré vers 1880-1885 par l’architecte Van Assche.

Le moulin fut construit en pierre bleue et fonctionna jusque 1953. Au rez-de-chaussée, se trouve l’énorme roue à aubes aux armatures en fer, pourvue de planches dont certaines manquent, et à côté l’ensemble des rouages. Au 1er étage, se situent les 4 meules qui permettaient de moudre la farine de froment et d’aplatir l’orge pour le bétail. Le 2nd étage contient aussi le reste de l’outillage dont la décortiqueuse d’épeautre, ce qui rend l’installation quasi complète.

Le château de Spontin illustre l’évolution d’une habitation seigneuriale du Moyen Age à nos jours. A l’origine, vers le XIIème siècle, le château de Spontin fut une " tour défensive "carrée construite sur un îlot du Bocq. Celle-ci était destinée à protéger les usagers de l’antique voie romaine Dinant-Huy. Après de hauts faits d’armes, le chevalier de Spontin, Guillaume dit " l’Ardennais ", transforma à la fin du XIIème siècle, le bâtiment primitif en une demeure fortifiée de 3 étages, aux murs plus épais et y ajouta 2 tourelles de défense avec pont-levis. C’est seulement au 14ème siècle que la demeure prit réellement son aspect de château fort classique. Dès le 16ème siècle, les fortifications devenues inutiles (invention de la poudre à canon), le château se transforma en résidence de style par le percement de fenêtres et la construction des toitures actuelles sur les tours. Les 2 dernières transformations furent la construction d’une ferme fortifiée sur la façade (XVIIème S.) et la démolition d’une partie des fortifications arrières. La ferme fortifiée qui abrite actuellement les infrastructures touristiques qui font de Spontin un des hauts lieux du tourisme namurois.

La ceinture fortifiée : 6 donjons défendaient le château d’un ennemi dans toutes les directions. Quatre étaient plus rapprochés du château : Senenne, La Rochette, Bailoy et Durnal ; deux en étaient plus éloignés : Mouffrin et le Stier. Ce dernier était le plus puissant de tous de par son manoir, son moulin, sa boverie et ses dépendances.

La fanfare : en 1895, il existait déjà à Spontin, une société de musique appelée les troubadours du Bocq. Vers 1965, les fanfares de Saint Georges mirent fin à leurs activités en raison d’un manque d’effectifs.

Le jumelage Vitteaux – Spontin : suite aux années terribles de la guerre 1939-1945, où des familles belges furent accueillies à Vitteaux et dans la région, des relations amicales sont nées. Elles servirent de base pour la création du jumelage. Le 26 juillet 1962, Mr Muller (Vitteaux) et le baron de Pierpont (Spontin) signaient la charte qui unissait les 2 cités.

La source de Spontin : les sources de Spontin répondent aux noms de Duchesse, Presbytère et Clairchant. Ces dernières étaient réputées , depuis la plus Haute Antiquité, pour leurs vertus curatives. Leur officialisation, en 1922, se concrétise par la création de la " Compagnie Générale des Eaux Minérales et Gazeuses ". L’année de sa création, en 1980, la Spontin s.a. rejoint le groupe Spadel. Deux des sources sont, aujourd’hui, renommées pour leurs eaux embouteillées : la Duchesse et la Clairchant. 

La " Duchesse ", appréciée déjà sous Napoléon, est classique de par sa nature bicarbonatée calcique. Elle est faiblement minéralisée et pauvre en sodium.

La " Clairchant ", reconnue depuis 1988, porte la mention " convient pour la préparation des aliments pour nourrissons ", décernée par le Conseil Supérieur d’Hygiène. Parfaitement équilibrée entre sa teneur en calcium et en magnésium, elle est d’une très grande pureté.

Les " Sirops Spontin " sont conçus sans colorant, ni agents conservateurs. Ils sont fabriqués à partir de pur jus de fruits. Pour la plus grande joie des enfants, Spontin se complète en diffusant 3 boissons rafraîchissantes naturelles. Elles sont représentées par les limonades aux extraits de citron, d’orange et de fruits.

En 1939, les 2 sources sont reconnues, comme eaux minérales, par l’Académie Royale de Médecine de Belgique.

Dernière mise à jour : ( 26-11-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
 
up
up