Houx Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Bienvenue à Yvoir - Les villages

HOUX

 

Dominée par les ruines imposantes de
Poilvache, Houx est un charmant petit
village établi au pied du rocher.
Il se développe le long d'une rue
parallèle à la Meuse et étendue
de quelques venelles perpendiculaires
arrêtées par le rocher.
Séparé de la route par une zone verte
arborée, le village fut fortement éprouvé
lors des 2 guerres mondiales.
Il est composé d'un habitat dense
et souvent mitoyen, groupant des
maisons pour la plupart reconstruites
en pierres calcaires.
On remarque cependant quelques
maisons dont le gros œuvre est du
XVIe s., l'école et la maison
d'instituteur, édifiées vers 1889.

 

Historique et Patrimoine

Houx est un nom de racine germanique
signifiant bois épineux, buis.

En 1830, Houx produisait de l’épeautre,
du seigle, de l’avoine, du foin, des pommes
de terre et des carottes.
On trouvait dans les vergers : pommiers,
poiriers et pruniers.
La menuiserie et le chauffage se servaient
des arbres disposés en abondance sur un
tiers du village.
L’ancienne forge de Houx était exploitée
au début du 14ème siècle et vers la fin du
XVIIIe par les Wilmet qui habitaient Yvoir.
La forge fut partagée en deux vers 1840
et arrêtée lors de la canalisation de la
Meuse vers 1875.


  

 

  

 

Patrimoine

Le château de Gaiffier (du nom de l'ancienne seigneurie hautaine de Houx) est une grande demeure en briques en forme de U datant de 1795. Le château de style classique est prolongé par un grand parc. A proximité du château, se situe une belle fontaine en pierre bleue par où coule l’eau de plusieurs orifices.

Le château de Blocqmont est situé sur les hauteurs boisés , vers Poilvache, et tire son origine de son propriètaire Nicolas Blocq (Blocq Mont) en 1601. Le château de Blocqmont fut construit vers le milieu du XVIIIème siècle en briques de style classique à deux étages. 

L’église fut endommagée en 1914-1918 et en 1940-1945. Elle fut restaurée en 1948 grâce au concours du bourgmestre Fovarge. L’église fut construite en pierre et est composée d’une seule nef. A l’intérieur de l’église se trouvent deux pierres tombales de maîtres de forges.

La chapelle Saint-Barthélemy : sanctuaire néo-classique érigé en 1859 en moellons et pierre de taille calcaire. La façade porte une dalle rappelant la destruction de 43 maisons du village en 1914.

Le château de Poilvache : sur la cime d’un rocher très élevé, on aperçoit les ruines de l’ancienne forteresse de Poilvache. Sa fondation remonte aux années 1226-1228. Elle fut l’œuvre de Waleran de Montjoie, duc de Limbourg et de sa femme Isabelle de Bar, comtesse de Luxembourg. Le nom primitif du château (smaragdus – Esmeraude en roman) provient du nom d’un homme franc Meraldus. Il était connu depuis le XIIIème siècle, sous le vocable de " Poilvache ". Ce dernier nom aurait été donné aux habitants du château, par les Dinantais et les Hutois, parce qu’ils pillaient porcs et vaches jusque dans les étables. Le château était également connu des anciens sous le nom de Castrum Bohemorum. 
Le château fut assiégé, pris et ruiné par les Dinantais, en 1322. Les Liégeois en firent le siège en 1430. Après une vigoureuse défense soutenue pendant 5 à 6 jours, la garnison se rendit et le château fut rasé. Rétabli de nouveau, il fut entièrement démoli par l’armée française en 1554. De cet antique boulevard de la féodalité, l’on ne voit plus que quelques vestiges des souterrains, et un puit percé dans le roc, de 55 mètres de profondeur.
Actuellement propriété de la Région wallonne, les ruines ont été inscrites dans le Patrimoine exceptionnel en 1992. 

Réserve domaniale de Champalle : 51 hectares, falaises de calcaire, station la plus septentrionale de plantes méridionales, taillis sous futaie, buxaie et pelouses calcaires.

Le Clos des Mannoyes : sur les hauteurs de Houx, perche un vignoble où au XVème siècle, on frappait monnaie. C’est pourquoi ce petit vin blanc est baptisé tout simplement " Clos des Mannoyes ". Ce vin est reconnu comme vin de France par la station agronomique d’oenologie (service de la répression des fraudes de Bordeaux).

Dernière mise à jour : ( 25-11-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
 
up
up